L’éducation numérique pour tous
Le projet Education Numérique pour Tous repose sur un programme massif de diffusion du tableau blanc interactif sur le continent africain et l’organisation de communautés enseignantes productrices de ressources.

  SOMMAIRE
Partager la révolution du numérique éducatif

L’Education numérique pour tous, au service des objectifs du Millenium
Sankoré, le portail francophone des ressources numériques interactives au service des enseignants africains
U
ne école équipée en France = une école équipée en Afrique
L’éducation numérique au service des exclus du système éducatif
L'université numérique des métiers
L'université numérique francophone de formation des maîtres

  Partager la révolution
du numérique éducatif

Une révolution de l’éducation est en marche.

A l’heure où notre civilisation de l’usine laisse place à une civilisation du savoir, notre transmission des connaissances se transforme avec le mariage du numérique et de l’éducatif. Au-delà de la seule promotion des ordinateurs à l’école ou de la formation à distance, la vraie révolution éducative est celle de « l’enseignant assisté par ordinateurs ».

Le moyen c’est le Tableau Blanc Interactif. Il remplace le tableau noir de nos souvenirs d’enfance. Il permet à l’enseignant d’appeler en projection sur son tableau des ressources éducatives soigneusement préparées, par lui-même ou par d’autres, mélangeant des animations, des exercices, des vidéos, des schémas en trois dimensions etc.. et réagissant comme on le ferait avec une souris d’ordinateur, sous son stylo ou sous sa main. De même, les élèves appelés au tableau peuvent écrire, effacer, dessiner, manier des instruments, des règles, des compas ou des microscopes.

Le TBI fonctionne hors connexion Internet grâce à des ressources préparées à l’avance. La technologie et la manipulation sont simples. L’enseignant reste maître de sa classe.

Cette révolution a été initiée en Angleterre –où aujourd’hui 450 000 TBI sont déployés- et le mouvement s’étend aujourd’hui au monde entier. Une florissante industrie de programmes éducatifs numériques s’est développée. Dans tous les grands salons mondiaux consacrés à l’éducation, comme ceux de Londres, de Dubaï, de Paris ou de New-Dehli, la part faite au tableau blanc interactif est dominante.

Or aujourd’hui, l’évolution des technologies permet de réaliser des classes numériques à très faible coût. Les pays les plus pauvres peuvent être équipés et des ressources numériques interactives de qualité peuvent être facilement diffusées, adaptées ou créées par les enseignants eux-mêmes.

Partager les bénéfices de la révolution du numérique éducatif, tel est le sens du projet « Education numérique pour Tous ».

Ce projet a été initié lors de l’Université numérique d’été d’Hammamet (Tunisie) en août 2008, réalisé grâce à un partenariat entre le FSN, l’Association pour le Développement de l’Education en Afrique (ADEA), la BAD, la Caisse des Dépôts et l’AFD et qui a réuni 18 délégations ministérielles de pays francophones du continent africain.

Il se développe aujourd’hui autour de plusieurs objectifs :
  • Assurer la promotion et la diffusion du Tableau Blanc Interactif sur le continent africain en mobilisant tous les financements possibles pour équiper le continent africain.
• Contribuer à la promotion des communautés d’enseignants organisés (autour du Français, de l’Anglais, de l’Arabe et le plus rapidement possible aussi du Portugais) pour se former à l’éducation par le numérique, pour accéder à toutes les ressources disponibles, pour créer ou adapter des programmes et développer des programmes spécifiques (notamment en langues africaines). Le portail Sankoré destiné à l’Afrique francophone constitue aujourd’hui une première réalisation.
• Contribuer à la formation des enseignants au travers d’une Université numérique francophone de formation des maîtres.
• Participer au développement d’une formation professionnelle au travers de l’Université numérique des Métiers.

Partager la révolution du numérique éducatif, permettre aux pays du Nord et du Sud de la mener de concert, c’est contribuer à relever ensemble les défis de l’Education pour Tous sur le continent africain.


  L’Education numérique pour tous,
au service des objectifs du Millenium


Le programme d’action de l’éducation numérique pour tous s’inscrit dans la contribution française au partenariat franco-britannique destiné à atteindre les objectifs du Millenium en matière d’éducation sur le continent africain.

L’engagement franco-britannique :

 

« Ensemble nous entendons construire un nouveau partenariat pour scolariser 16 millions d’enfants en Afrique d’ici 2010 et tous les enfants d’ici 2015. »
« Le Royaume-Uni et la France contribueront chacun à la scolarisation de 8 millions d’enfants d’ici 2010. »
« Nous le ferons avec la FIFA, la English FA, la Premier League britannique, la Ligue professionnelle de football et la Fédération française de football d’ici la Coupe du Monde de 2010 qui se déroulera en Afrique du Sud pour utiliser l’impact formidable qu’aura cet événement en Afrique et partout dans le monde. »
« Le Royaume-Uni et la France invitent d’autres pays à se joindre à eux pour participer au financement de la scolarisation des enfants qui ne le sont toujours pas, pour faire en sorte que nous soyons à nouveau sur la bonne voie pour atteindre l’objectif d’éducation primaire universelle en Afrique d’ici 2015. »
« De manière prioritaire, nous travaillerons avec d’autres pays pour recruter et former les quelques 3,8 millions d’enseignants supplémentaires nécessaires pour atteindre l’objectif de l’éducation primaire universelle en Afrique sub-saharienne d’ici 2015. »

Déclaration du sommet franco-britannique - 27 Mars 2008

Le président de la République française a confié à Alain Madelin la mise en oeuvre des objectifs de cette déclaration.

La mission confiée à Alain Madelin :

 

« Monsieur le Ministre,

La France a réaffirmé son attachement au développement de l’Afrique et sa volonté d’atteindre les Objectifs du Développement du Millénaire. A mi-chemin du calendrier des OMD, les défis restent immenses et il est nécessaire de faire davantage.

C’est pourquoi, à l’occasion du dernier sommet franco-britannique, la France s’est engagée à construire avec le Royaume-Uni un nouveau partenariat pour scolariser 16 millions d’enfants en Afrique d’ici 2010, et tous les enfants d’ici 2015, et à travailler -avec d’autres pays- pour recruter et former les quelques 3,8 millions d’enseignants supplémentaires nécessaires pour atteindre l’objectif de l’éducation primaire universelle en Afrique sub-saharienne d’ici 2015.

Je vous demande d’animer et de coordonner la mise en œuvre, côté français, de ce partenariat, et d’assurer la liaison avec nos partenaires britanniques.

Vous devrez préciser les conditions pratiques de mise en œuvre de cet engagement, tant en termes de ressources humaines (recrutement, formation, rémunération des enseignants), qu’en termes d’infrastructures (construction et entretien des salles de classe), de contenu et de moyens pédagogiques.

Vous pourrez vous appuyer sur les outils existants de notre coopération bilatérale et multilatérale, en particulier l’initiative « Pour une mise en œuvre accélérée de l’éducation pour tous » (Fast Track), créée par le G8 en 2002 pour atteindre l’Objectif du Millénaire de Scolarisation Primaire Universelle d’ici 2015.

Vous chercherez à mobiliser des concours extérieurs, notamment en développant les programmes d’éducation numérique initiés par le Fonds Mondial de Solidarité Numérique en direction de l’Afrique, en faisant appel à des partenariats privés avec des entreprises ou des fondations, en mettant en œuvre des financements innovants.

A l’approche de la Coupe du Monde de Football de 2010 qui se déroulera en Afrique du Sud, vous chercherez à mobiliser le soutien financier de la Fédération internationale de Football ainsi que des fédérations et ligues françaises et anglaises disposées à s’engager dans un partenariat équilibré, valorisant leur rôle et leur identité...

Nicolas Sarkozy »



  Sankoré, le portail francophone
des ressources numériques interactives
au service des enseignants africains

Le portail Sankoré dont la 1ère version a été mise en ligne à l’occasion de la rencontre de Bamako est au cœur du programme Education numérique pour Tous.

Ce portail a été conçu sur la base des recommandations de l’université numérique d’été d’Hammamet organisé par un partenariat entre le FSN, l’ADEA, la BAD, la Caisse des Dépôts, et l’AFD qui a réuni 18 délégations ministérielles de pays francophones du continent africain.

Ce portail développé en partenariat avec INTEL, fera l’objet de versions successives pour être pleinement opérationnel à la rentrée scolaire 2009-2010.

Sankoré est réalisé dans le cadre d’un partenariat public privé opérationnel (devenir partenaire) ouvert au sein de la communauté d’intérêts francophone impliquant des partenaires techniques et financiers oeuvrant pour le développement de la solidarité et de l’éducation sur le continent africain.

Un comité de pilotage et de suivi est en cours de constitution.

Sankoré devra être au plus tard au 31 décembre 2010 pleinement approprié par ses partenaires africains.

  CONTACT

www.sankore.com
contact@sankore.com

  L’éducation numérique
au service des exclus du système éducatif

Le réseau Education Pour Tous en Afrique (REPTA) a pour but de faire travailler ensemble des acteurs aussi différents que des ONG, des collectivités territoriales, des entreprises et des institutions afin de mettre en place ou d’appuyer des actions concrètes destinées aux populations exclues du système éducatif comme les jeunes enfants, les enfants des rues, parfois les filles ou pour rendre plus efficace le système éducatif en soutenant des stratégies innovantes comme les classes bilingues.

Un premier programme d’expérimentation de tableaux blancs interactifs dans l’éducation non formelle

Le REPTA a décidé de développer pour l’année 2009-2010 un programme d’expérimentation des TBI sur une vingtaine de sites dans cinq pays Bénin, Burkina-Faso, Mali, Niger et Sénégal.

Ce programme commencerait au Mali, au Burkina Faso et au Sénégal dès janvier 2009 et continuera au Niger et Bénin.

Quatre sites sont prévus au Burkina : à Sapone centre de formation de la Fondation pour le Développement communautaire, à Bobo au centre pour les jeunes de la rue de l’association Tie, au centre de Bogande, un tableau pour l’OSEO qui fait de l’enseignement bilingue depuis des années, enfin un cinquième qui tournerait pour former des enseignants et les préparer à cet outil.

Au Sénégal, le REPTA a prévu un tableau interactif dans une école ou un centre de formation à Ruffisque, un à M’Bour dans un centre de formation agricole, un à Dakar pour l’association Enda-Tiers Monde, un au centre ressource de Rosso et un tableau tournant pour la formation d’autres acteurs.

Le REPTA est également en contact avec de nombreuses collectivités territoriales pour qu’elles équipent le sud en même temps qu’elles équiperont leurs écoles sur le principe du « un acheté un donné ».

La mise en place de ces tableaux pourrait se faire dès la fin janvier au Burkina, parce que la missiuon de coopération française est prête à investir dans 10 tableaux, et au Sénégal avec l’appui de la ville de Nantes.

Pour accompagner les tableaux, une équipe du REPTA assure la formation des enseignants amenés à les utiliser. Cette formation d’une semaine se déroulera dans un premier temps à Bamako pour le Mali, Ouagadougou, pour le Burkina et à Ruffisque pour le Sénégal. Ensuite les formateurs se rendront sur les lieux d’implantation pour une semaine encore dans chaque lieu.

  CONTACT

REPTA
76 rue Winston Churchill, 56000 Vannes, France
Téléphone : 33 (0)2 97 40 56 59
www.www.repta.net
info@repta.net

  L'université numérique
des métiers

L’université numérique des métiers s’inscrit dans le cadre de l’initiative «Education pour tous» et du projet «Sankoré».
Elle a pour vocation de créer une base de données de cours de formation professionnelle, destinés au continent africain francophone en répondant à ses priorités éducatives.

Dans un premier temps, il s’agit de collecter, auprès des organismes francophones spécialisés dans la formation professionnelle, les enregistrements vidéos de cours de référence correspondant aux priorités définies par le Comité de suivi.

Ces cours seront accompagnés de supports interactifs formatés et indexés selon la technologie Rich Media (et ainsi enrichis de vidéos, de documents et d’animations pédagogiques).

Une fois réalisés, ces cours pourront être utilisés en ressources numériques interactives sur le Tableau Blanc Interactif (TBI) puis exploités par les formateurs et les enseignants africains du secteur de la formation professionnelle.

Ces ressources pourront ultérieurement être développées afin d’être dispensées en formation « on line ».


Mise en oeuvre :

 

L’université numérique des métiers» est créée sous la forme d’un partenariat public-privé ouvert.

• Pour ce qui est de l’apport des programmes, les organismes disposant des formations professionnelles francophones, seront sollicités. D’ores et déjà, en France, les chambres de commerce, les chambres de métiers et les secteurs de formation du bâtiment, de la construction, de l’agriculture et de la pêche, des métiers de la mécanique et de la métallurgie, de l’électricité ont donné leur accord pour apporter des programmes selon les demandes et les priorités africaines.


• Pour la fabrication et du développement des programmes de formation professionnels (compatibles avec les exigences techniques du Tableau Blanc Interactif), les sociétés Intel, Paraschool et Momindum apporteront leurs savoir-faire, leur technologie et leur expérience. Elles pourront , par la suite, contribuer à la création d’un centre africain de production et de diffusion des programmes numériques adaptés aux besoins.

• Pour le financement et le développement de l’Université Numérique des Métiers, des premiers partenaires seront réunis autour de la Caisse des dépôts et Consignation et du Club francophone des affaires qui soutiennent ce projet.
Seront également sollicités tous les organismes internationaux et nationaux ayant en charge le financement des projets de développement en Afrique.

• Un Comité de suivi et de pilotage du projet sera constitué à l’initiative des ministres en charge de l’enseignement professionnel au Mali et au Sénégal, et chargé, notamment, de définir des priorités de l’Université Numérique des métiers.

  CONTACT

Docteur Alhamdou Diagne
Consultant international
diagnelhamdou@yahoo.fr
andou@club-internet.fr
06 12 08 02 12 / 06 85 69 65 57
Tél. (Mali) : 00 (223) 675 92 18

Isabelle Girard
igirard@hotmail.fr
06 07 60 21 36


 

  L'université numérique franco-Africain
de formation des maîtres

Le défi

 

« Ensemble, nous entendons construire un nouveau partenariat pour scolariser 16 millions d’enfants en Afrique d’ici 2010 et tous les enfants d’ici 2015.
De manière prioritaire, nous travaillerons avec d’autres pays pour recruter et former les quelques 3,8 millions d’enseignants supplémentaires nécessaires ».
Déclaration du sommet franco-britannique - 27 Mars 2008.

Même en renforçant de manière considérable avec des financements lourds, les moyens actuels de formation (matériels et humains) ne permettent pas de relever ce défi. Un effort doit être fait de plus pour améliorer la formation et le perfectionnement des maîtres des secteurs communautaires et informels, lesquels sont par définition peu accessibles par des moyens conventionnels.

La réponse à ce défi exige une nouvelle approche et la mobilisation des technologies et des compétences de l’éducation numérique.

Création d’une université numérique francophone de formation des maîtres.

Créée avec l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), sur le modèle de « l’Université Médicale Virtuelle Francophone », cette université numérique proposera des programmes d’autoformation, de formation à distance et de formation de formateurs pour des stages de formation présentiels organisés par les pays africains partenaires.

Ce plan de formation des formateurs est conforme aux recommandations du Sommet des Chefs d’Etat de la Francophonie réunis au Québec en Octobre 2008.

Cette formation s’appuiera sur la diffusion de Tableaux Blancs Interactifs « low cost » réalisée dans le cadre du programme «Education numérique pour Tous».

En effet la formation des maîtres peut se faire au moyen de l’usage du Tableau Blanc Interactif et de programmes spécifiquement adaptés prévoyant

 

• une part de cours « clés en main »
• une part professeur destinée à la préparation de ces cours, à leur adaptation éventuelle, à l’autoformation concomitante du maître grâce à des outils d’autoformation très intuitifs, complétés par une formation et une évaluation en ligne sur une plateforme spécifique.

A cette fin une plateforme de travail collaboratif et de formation en ligne sera créée en partenariat avec Intel.

  CONTACT

Professeur Albert-Claude Benamou
Université Pierre et Marie Curie, Paris VI
Directeur de l’UMVF
albert-claude.benhamou@recherche.gouv.fr
Port : 06 62 40 04 30